Politique de la ville - DLVA

Politique de la ville

Contrat de Ville DLVA – Manosque

La politique de la ville est une politique de cohésion urbaine et sociale. Elle a pour objectifs de réduire les écarts de développement entre les quartiers prioritaires et le reste de l’agglomération et d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants. Elle est mise en œuvre localement dans le cadre du Contrat de Ville de Manosque pour la période 2015-2022.

 

La ville de Manosque est concernée au titre de deux de ses quartiers :

  • Le secteur Centre-Ville incluant l’ensemble du centre historique, le quartier Saint-Lazare et le secteur de La Trinque d’Isnard
  • Le secteur «Arc Sud» regroupant plusieurs territoires urbains agrégés autour d’un axe structurant (Av. Georges. Pompidou)

Le Contrat de Ville associe de nombreux partenaires institutionnels : l’État, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Alpes-de-Haute-Provence, la Ville de Manosque, l’ARS (Agence régionale de santé), la Caisse d’allocations familiales, le Groupe Caisse des dépôts, Pôle Emploi, la CCIT (Chambre de commerce et d’industrie), la CMA (Chambre des métiers et de l’artisanat), les bailleurs sociaux (Groupe UNICIL, Famille & Provence, Habitations Haute-Provence) et les Conseils citoyens.

Ce partenariat s’articule autour de deux objectifs principaux :

  • Réduire les inégalités, favoriser l’égalité d’accès au droit commun et améliorer les conditions de vie des habitants dans les quartiers prioritaires.
  • Fédérer l’ensemble des partenaires dont les habitats (Conseils citoyens) pour une meilleure coordination des actions en faveur du territoire.

De manière opérationnelle, l’action coordonnée se décline au travers d’un appel à projets annuel.

Le renouvellement urbain

Adossé au Contrat de Ville de Manosque, le projet de renouvellement urbain vise à traiter du volet Habitat – Cadre de vie. A Manosque, un des deux quartiers prioritaires de la Politique de la Ville est concerné par ce projet : l'arc Serrets Plantiers Aliziers.

Dans la logique de partenariat impulsée par la loi de réforme, le projet réunit l'ensemble des partenaires du Contrat de Ville et l'ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine).

Les enjeux pour le territoire :

  • Promouvoir le développement équilibré du territoire et de la ville durable, le droit à un environnement sain et de qualité et la lutte contre la précarité énergétique ;
  • Améliorer le fonctionnement urbain des quartiers et du cadre de vie des habitants ;
  • Penser la ville de manière cohérente avec les documents de planification (Schéma de cohérence territoriale, Plan local d'urbanisme, Programme local de l'habitat...).

Dans le cadre de ce programme, le protocole de préfiguration a été élaboré et signé en août 2017 ; il ouvre une période préparatoire de 18 mois au cours de laquelle, des études sont conduites pour co-construire le projet, en définir les opérations, le phasage et le financement. A l'issue du protocole de préfiguration, les partenaires devront arrêter leur engagement dans le projet en définissant et en signant une convention opérationnelle.

Conseils citoyens, un lien entre élus et population

L’objectif premier des conseils citoyens est de garantir la place des habitants dans certaines instances de pilotage, en créant un espace de propositions et d’initiatives en lien avec les besoins de la population. Ils exercent leurs actions en toute indépendance, vis-à-vis des pouvoirs publics et dans le respect de principes généraux : liberté d’expression, égalité, fraternité, laïcité, neutralité. Ces conseils citoyens seront naturellement associés à l’élaboration des actions du contrat de ville et pourront proposer leurs idées pour améliorer la vie du quartier.

Le renouvellement des instances de DLVA en 2020, nécessite la nomination de nouveaux conseillers. Le renouvellement de cette instance pour l'agglomération est actuellement en cours, et les modalités de sa mise en œuvre vous seront prochainement présentées sur cette page.

Équilibre social de l'habitat

Le PLH (Programme local de l'Habitat) constitue un outil de programmation au service du territoire ; il permet d'engager pour une durée de 6 ans une politique de l'habitat destinée à répondre aux besoins en logements et à favoriser la mixité sociale.